J’ai terminé Butterfly. Mine de rien, cette aventure m’aura tenu toute l’année !!! J’ignore si la suite de Fanny va plaire ou non, je sais que les gens qui ont lu le tome 1 ont certaines attentes. Cela me met beaucoup la pression parce qu’ils peuvent aussi être déçus mais en même temps, j’ai écrit exactement l’histoire que j’avais en tête, même un peu plus (il a failli y avoir un tome 3).

D’un point de vue « marketing », je découvre ce que créer l’attente veut dire. Je vois les gens qui me disent vivement la suite, j’ai hâte, quand est-ce-qu’il sort ? C’est une expérience que je n’ai jamais connue. J’ignore quel sera le résultat au bout du bout, mais je comprends mieux certains conseils d’auteurs américains. J’imagine effectivement que dans le cas où le lectorat est immense, faire monter la pression avant la sortie et ensuite publier, permet une forte poussée des ventes à l’instant T. Encore faut-il que les lecteurs ne soient pas déçus.

Je vais envoyer Butterfly en avant-première à une ou deux personnes comme ça, j’aurai une tendance…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *