Nanowrimo 2018 – clap de fin

Voilà, c’est officiel, j’ai jeté l’éponge pour cette année.

Pourquoi ? Parce que je suis fatiguée et manque d’inspiration (sacrilège !!).

Aussi, parce que j’ai une méthode pour écrire et que je ne suis pas parvenue à l’appliquer, tout simplement parce que je n’avais pas d’idée claire et précise de ce dont j’avais envie de parler.

Et puis d’autres projets doivent voir le jour, en particulier concernant mon activité d’auteur-entrepreneur. Il est plus que temps que je me bouge sur ce plan.

Je décide donc de consacrer cette fin d’année à la mise en place d’un vrai marketing d’auteur.

Et j’ai dans l’idée, parce que je vois qu’il existe un vrai besoin, d’écrire un livre sur comment écrire un livre, mais à ma manière :)…

Branding et marketing

J’écoute « author like a boss », un podcast sur l’écriture et le marketing que je trouve très intéressante et qui apporte de nouvelles idées et pistes de réflexion pour le marketing et le branding, le nouveau domaine dans lequel je dois me former.

Je lis aussi un petit bouquin qui ne paie pas de mine mais qui est vraiment super : Book marketing for fiction authors !!! tout est dans le titre.

Ce que je commence (enfin) à comprendre et à cerner, c’est ma manière de me présenter en tant qu’autrice.

Je suis autrice de romances certes, comme tant d’autres.

Ce qui me distingue, c’est la plus-value que j’apporte dans mes romans à savoir que j’aborde des thèmes peu discutés dans des romances. Je parle de la condition de la femme sous des angles différents, souvent en parlant de choses plus ou moins taboues comme l’inceste ou la violence conjugale.

Si je devais faire  une brève présentation de mes romans je dirais que ce sont des romances contemporaines pour lectrices exigeantes qui veulent plus qu’une histoire banale et déjà lue et relue cent fois. Certes il y a de l’amour (et du sexe), des voyages et une happy end, mais le voyage de l’héroïne est différent en ce sens qu’il permet à la lectrice d’apprendre de nouvelles choses, de réfléchir aussi, sur elle-même et sur les autres, peut-être aussi de trouver un certaine motivation pour agir différemment et pourquoi pas, changer sa vie ou celle de quelqu’un d’autre.

Ce sera à retravailler pour avoir quelque chose de plus concret et simple mais c’est déjà un pas énorme pour moi qui, depuis des années, ai du mal à me définir en tant qu’autrice. Mes romans ne ressemblent pas aux autres romances que je lis, du coup, j’ai du mal à les classer, même dans les rubriques amazon. C’est de la lecture sentimentale mais c’est plus que cela aussi.

Dans le livre : Book marketing for fiction authors, il est proposé à la fin un plan en 21 jours pour son branding. Comme c’est, je pense l’essentiel pour se faire connaître et développer son lectorat et ses ventes, c’est ce sur quoi je dois bosser désormais.

Il me faut donc :

– connaître mes lectrices

– savoir ce qu’elles apprécient dans mes romans

– savoir quelle est mon USP (unique selling proposition)

J’ai noté qu’en tant que romancière, je vends la promesse d’être divertie, éduquée, charmée, excitée ou triste ; je vends de l’émotion à chaque page.

J’ai aussi noté que le marketing se résume à mettre devant le bonne personne le bon produit pour qu’elle l’achète.

J’ai compris que pour développer son business, il faut garantir à son lectorat qu’il trouvera toujours ce qu’il vient chercher. De cette manière, il achètera chaque nouveau roman qui sortira avec l’espoir et l’attente de cela: revivre les mêmes émotions que celles vécues dans un précédent roman.

Il faut donc de la constance et tenir la promesse annoncée.

A cette étape du bouquin que je lis et de mes réflexions, j’arrive à l’idée suivante : mes livres sont pour des lectrices plus exigeantes qui veulent de la romance mais ne veulent pas une histoire banale. Elles veulent être surprises et touchées en plein cœur. Elles veulent découvrir de nouveaux univers et voyager.

ex de commentaires pertinents pour mon analyse :

Je ne réjouis déjà de rêver éveillée!  

Ohhh trop bien ! Tu vas nous faire voyager !

J’adore vraiment tes livres qui nous font voyager !

Certes dans des mondes pas toujours drôles ! ‘ai pleuré et rit,mais appris des tas de choses sur les SDF,qu’on a souvent tendance à mal juger

A chaque Roman elle nous fait vivre l’histoire comme si on y étais. 
Et les scènes à l’étranger nous font véritablement voyager.

 Un récit réaliste et sans illusion ! 

Entre l’aspect social, les grands espaces et la qualité de l’écriture, vous découvrirez ici un ensemble cohérent et réaliste qui sait aussi laisser sa part aux rêves.

Une belle résilience sur fonds d’un voyage au Canada

J’ai étais très touchée par se tome à la fois difficile et beau.

Qui nous montre qu’avec de la bonne volonté on peu accomplir ses rêves malgré un passé difficile a porter. La romance a le pouvoir de nous faire rêver.

Ce livre a rempli son contrat auprès de moi. Superbement bien écrit, détaillé. 

Au travers d’un récit pragmatique raconté à la première personne, l’auteure a su nous plonger dans l’enfer de la rue. L’histoire est réfléchie et la lecture rendue agréable par une plume fluide.

 Je suis passée par des émotions très fortes, les larmes sont venues car je me sentais proche de Fanny et de ses galères.

Lorsqu’on lit un roman de Maude PERRIER, il faut savoir qu’on n’en ressort rarement indemne. c’est une petite pépite, un concentré d’émotions vives et intenses !

Tout y est réaliste et sincère dans cette histoire

J’adore les histoires de Maude Perrier, je n’es pour le moment jamais regretter mes achats je vous conseil vivement ce livre et les autres aussi 😉 

Maude, merci pour cette magnifique histoire… Poignante et magnifique 💜 c

‘est le 5ème livre de Maude que je lis. Et à chaque fois j’adore. Merci !! Une plume exceptionnelle… N’hésitez pas….!!!!

Ce que l’auteure nous parle est la pure réalité.

Waouhhhhhhhhhhh…..Je referme ce roman chamboulée. L’auteure m’a littéralement happée. Elle réussit avec maîtrise et justesse à instaurer intensément le trouble.

Le cadre exotique aide aussi ainsi que la romance . Je conseille cet ouvrage qui fait prendre conscience de ce sujet si horrible qui est le quotidien de nombreuses femmes.

Maude PERRIER soigne les couvertures de ses livres. J’ai passé des moments poignants pour une narration vraie et intense. Jamais dans mon parcours de lecture, je n’avais touché cette atmosphère et cette noirceur contemporaine…Maude PERRIER excelle dans l’art de décrire la psychologie de ses personnages.

Je suis,une nouvelle fois, sous le charme de l’écriture de l’auteure.

Je n’aurai pas parié un centime sur un tel engouement de ma part… tout simplement parce que l’histoire aborde un sujet sensible et très difficile, la violence conjugale. En choisissant ce thème, l’auteur a eu du courage et a pris un risque. Son pari s’avère payant. Deux nuits blanches plus tard, me voilà à m’extasier sur cet incroyable roman !

J’aime ce genre de lecture qui te remet les idées en place.

de ces quelques extraits de commentaires, je remarque :

  • l’allusion aux voyages qui plaisent
  • la réflexion sur les sujets abordés
  • les émotions fortes
  • la constance (les lectrices ne sont pas déçues d’un roman à l’autre)

C’est déjà un bon début pour travailler par la suite sur mon message et mon branding.

Nanowrimo Jour 4

Au jour 4, du challenge, le résultat est médiocre.
Certes j’ai écrit un peu plus de 1600 mots mais je ne suis pas convaincue par l’histoire et n’ai même pas complété mon tableau de chapitres… mauvais signe.

L’inspiration m’abandonne et fait place aux doutes. J’ai un concept et je pense que cela pourrait vraiment être intéressant, mais je n’arrive pas encore à le matérialiser en une trame d’histoire valable sur laquelle je pourrais travailler.

D’habitude, lorsque j’écris un roman, je suis « habitée » par celui-ci , je m’imprègne de l’intrigue et des personnages si bien qu’écrire ensuite devient un jeu d’enfant.  Pour le moment, rien de tel…

Je crois que je dois encore mûrir l’idée, faire quelques recherches et reprendre mon plan avant d’envisager écrire une ligne. Je sais qu’après, les 50 000 mots seront atteignables.

Tout doit donc d’abord se passer dans mon imaginaire…

Nanowrimo jour 2

 

Au deuxième jour du challenge, je n’ai rien écrit.

J’ai même changé d’idée pour l’histoire  !

L’objectif 50K mots reste atteignable mais il va falloir que je m’active un peu pour poser l’intrigue et la trame.

Bon l’intrigue, je l’ai :

toujours sur le thème du pardon à l’occasion de Noel j’ai finalement décidé d’écrire une roman initiatique et romantique.

Les personnages :

  • L’héroïne : Anna
  • Le héro : Tom
  • La copine : Maëwen

Pas plus de trois personnages suffisent pour éviter que le roman ne parte dans tous les sens et n’aboutisse pas. D’ailleurs, au final, il n’y en aura vraiment que deux, la copine ne jouant un rôle qu’au début ( et peut-être à la fin…).

Le décor :

J’ai choisi le Costa Rica, pas forcément le pays que l’on s’attend à trouver dans un bouquin sur Noël mais j’ai déjà emmené mes lectrices au Canada. Certes il y a la Laponie et les pays d’Europe du Nord, sauf qu’ils ne collent pas avec ce que j’ambitionne d’écrire.

Qu’est-ce que j’ai fait ce matin ? J’ai teste le panneau Pinterest pour épingler des images, des citations, des portraits qui pourraient m’inspirer pendant l’écriture.

Le voici :

A présent il me reste à faire LA chose la plus importante : écrire la trame de chaque chapitre.

Si je l’ai terminée aujourd’hui, ce que j’espère, je la posterai à la suite de cet article.

Remaniement bibliothèque

Ce matin, j’ai changé les mots-clé de mes romans et les catégories dans lesquelles ils sont positionnés.

C’est un exercice que je trouve particulièrement difficile parce que les informations que j’ai sont comme d’habitude, anglophones et du coup, l’aide qu’elles m’apportent est minimale. Les mots cherchés par les lecteurs français ne sont pas les mêmes que ceux du public américain ! Et Amazon ne nous aide pas vraiment.

Changer les mots-clé et les catégories revient à déplacer le livre d’une étagère à une autre, d’un rayon à un autre. J’ai opté pour des catégories moins évidentes et moins larges avec le secret espoir que mes romans atteindront rapidement la place de numéro 1 de ces catégories. C’est arrivé très souvent à Sans modération, du coup, je vais essayer de reproduire sur d’autres, histoire d’avoir plus de visibilité.

La visibilité est mon problème majeur. En y réfléchissant hier, je suis arrivée à la même conclusion que précédemment :

soit mes livres se trouvent sans moi – ce qui suppose que le référence sur Amazon est au top du top

soit c’est moi qui suis visibles et mes romans se vendent parce qu’ils viennent de moi – cela correspond au personal branding vanté par Gary Vaynerchuck.

Il n’y a pas d’alternative à cela, du moins, je n’en vois pas.

Je crois que le ticket gagnant dans tous les cas est un mélange du 1 et du 2 à savoir des romans optimisés pour Amazon (puisque c’est là où j’ai choisi de publier pour l’instant) et une reconnaissance de Maude Perrier.

Le point 2 est d’autant plus important à travailler que si demain Amazon ferme ses portes, change les règles ou tout simplement, me supprime mon compte, je n’aurai plus rien, sauf à avoir une certaine notoriété (et une liste d’email)…

Bon cette réflexion m’amène à la conclusion suivante :

  • optimiser le référencement AMAZON
  • développer un personnal branding de qualité
  • créer une vraie liste d’email

Rien de plus difficile….

Autoédition et marketing

Le nanowrimo mis à part, je viens de sortir pratiquement coup sur coup deux romans.

Le temps est venu de m’intéresser pour de bon au marketing afin de les rendre visibles et de générer des ventes.

Je sais, il est un peu tard pour se préoccuper de cela ; normalement, c’est en amont que le marketing doit commencer afin que le jour de la sortie, il y est une espèce de buzz.

J’ai tout fait à l’envers et très mal depuis que j’ai commencé l’aventure de l’autoédition mais pour cette fin d’année et pour 2019, je voudrais faire mieux et essayer de décoller pour de bon.

Je ne sais pas encore comment, mais il va me falloir, je pense, repartir de zéro ou presque.

Le nanowrimo ne devra pas me prendre plus d’une heure par jour afin que je puisse consacrer le reste de mon temps disponible à l’apprentissage de techniques de marketing susceptibles de marcher pour moi.

Les premières choses que j’ai faites ce matin c’est :

  • emprunter trois livres que je DOIS lire entièrement :
  • The marketing book
  • Publish, promote
  • Make a killing on Kindle
  • récupérer le live de mai 2017 de The self publishing formula concernant la publicité facebook. Ce sont trois vidéos que je DOIS VISUALISER ; j’ai aussi reçu un livre Mastering Simple Facebook Ads for Authors que je DOIS LIRE !

D’ici à la fin du week-end je voudrais avoir vu les vidéos sur la pub FB et lu le livre. Si je peux déja implémenter quelque chose, je DOIS LE FAIRE!!!

 

Nanowrimo… à quelques heures du début

Les votes sont Facebook m’ont menée à cette intrigue : Quelqu’un qui est décidé à se faire pardonner à Noël.

Pour me mettre dans l’ambiance, j’ai complété mon profil sur le site nanowrimo et j’ai crée ma couverture de livre provisoire.

Dès demain, j’attaque les idées de scénarios…

En attendant le 1er novembre – Série Nanowrimo

Je me lance dans l’aventure du Nanowrimo absolument pas préparée du tout. J’ignore comment cela va se passer, je sais juste que je dois écrire tous les jours 🙂 Ce que je constate en lisant quelques posts et en regardant quelques vidéos, c’est que les participants à ce défi ont déjà une idée de ce qu’ils vont faire durant ce mois de novembre. Certains veulent terminer leur roman, d’autres le corriger… je n’ai rien de tout cela. Je viens de publier mon dernier et n’ai pas, dans l’immédiat, d’idée pour un prochain. Cependant, il va bien falloir que j’en trouve une sinon le nano n’aura aucun sens.

Donc première étape : Trouver une idée d’histoire quand on n’en a pas

D’habitude, je sais ce sur quoi je veux écrire. J’aborde le Nanowrimo sans aucune idée. Il me faut donc en trouver une ?

Comme je peux faire ? Réfléchir à un thème qui me plairait, ou me laisser guider par Internet.

Je choisis cette seconde option. Sur les sites anglophones, il y a pas mal d’exercices d’écriture proposés (creative writing prompts), avec des début de scénarios ou des intrigues et ce, pour tous les genres.

Pour le Nano, je vais rester dans la romance, mais je ne sais pas encore si je profite de ce que Noël approche pour aller dans cette direction ou si je passe outre.

Voilà quelques idées d’histoires qui ont retenu mon attention :

◊ Écrivez à propos de quelqu'un qui est déterminé à se faire pardonner à Noël.

◊ Écrivez une histoire sur le fait d'être largué juste avant la saison de Noël. Pour tenter de vous remonter le moral, famille et amis décident de vous organiser un rendez-vous à l'aveugle. Que se passe-t-il ensuite ?

◊ Écrivez une histoire sur une romance qui se développe alors que les deux personnages principaux ont tous les deux une addiction. La dépendance pourrait être la drogue, le sexe, la pornographie, l'alcool, les jeux, etc.

◊ Tout a commencé quand sa voiture m'a percuté à toute vitesse alors que je traversais la rue ...

◊ Mangeant seul(e), j'ai commandé la bouteille de vin la plus chère du menu. Je ne savais pas que cela changerait ma vie...

Comment choisir ?

– je peux voir ce qui m’inspire le plus
– je peux poser la question sur Facebook

J’ai envie de multiplier les difficultés alors, va pour Facebook.